Skip to main content


L’art et la culture sont superbement mis en valeur à l’Aéroport Billy Bishop de Toronto. En reconnaissance de notre engagement à célébrer et à soutenir les artistes locaux, ainsi qu’à refléter la diversité et le dynamisme de notre communauté, l’aéroport accueille un certain nombre d’installations artistiques permanentes et temporaires.

granite sculpture by water

La sculpture Maanjidowin : The Gathering (« La réunion »)

Artiste : David M. General

Emplacement : Quai massif surplombant le chenal Ouest.

Cette œuvre a été commandée par PortsToronto pour rendre hommage à la Première Nation des Mississaugas de Credit et à la relation que celle-ci entretient avec les espaces terrestres, aériens et aquatiques au sein desquels l’Aéroport Billy Bishop de Toronto exerce aujourd’hui ses activités.

L’imposante sculpture de granite et de bronze représente trois pêcheuses mythiques – Mukwa-kwe (l’ourse), Nigig-kwe (la loutre) et Migizi-kwe (l’aigle) – venues pêcher dans les îles et estuaires qui bordent le rivage du lac Ontario, à Toronto. Sur le canot dans lequel les pêcheuses sont assises figurent des mots et symboles importants pour les Mississaugas de Credit : la roue de médecine, les Sept Enseignements des Aînés (des lignes directrices correspondant aux fondements moraux et culturels de la vie), ou encore une poésie de l’actuel chef R. Stacey Laforme. Comme l’indiquent les tatouages visibles sur leurs bras, les créatures représentées sont toutes de sexe féminin, car les femmes jouaient un rôle central en tant que gardiennes des traditions culturelles se rattachant à l’eau.

Le sculpteur, David M. General, est un artiste mohawk qui appartient au Clan du Loup des Six Nations. Il travaille essentiellement la pierre et est connu pour son style s’inspirant à la fois des traditions autochtones et de l’esthétique moderniste.

Cliquez ici pour en savoir plus sur Maanjidowin: The Gathering.

Colourful quilt art piece

The Fabric of Our Being

Artiste : Nadine Williams, et des élèves de 4e année de la Waterfront School

Emplacement :  Au niveau des départs dans l’aérogare passagers

The Fabric of Our Being (que l’on pourrait traduire par « Le tissu de notre être ») est une installation d’art textile poétique qui célèbre et contribue à faire connaître la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, proclamée à l’initiative des Nations Unies. Fruit de l’imagination de la poétesse, auteure et éducatrice en art Nadine Williams et de son collectif, cette œuvre met en valeur les créations d’élèves de 4e année de la Waterfront School. La courtepointe est composée d’éléments imaginés par les élèves, à qui l’on avait proposé les quatre pistes de réflexion suivantes : 1) une personnalité canadienne noire remarquable; 2) Langue maternelle; 3) Reconnaissance, justice et développement; et 4) le poème « The Fabric of Our Being ». La bordure est faite de tissus représentant différentes régions d’Afrique. 

Cliquez ici pour en savoir plus sur The Fabric of Our Being.

Project T-Dot

Artiste : Ajani Charles

Emplacement :  Au niveau des arrivées dans l’aérogare passagers.

Avec son exposition « Project T-Dot », le photographe Ajani Charles célèbre la diversité de la culture et du milieu hip-hop de Toronto. Project T-Dot rassemble sur 60 panneaux géants des photos prises sur le vif des personnalités les plus réputées dans le monde du hip-hop torontois : on y voit notamment Drake, The Weeknd, Kardinal Offishall, Jully Black et Maestro Fresh Wes, pour n’en citer que quelques-unes. Reflet de la diversité de la sous-culture hip-hop, l’exposition met en avant des membres des communautés 2SLGBTQ+, noires et autochtones, des femmes, des jeunes de quartiers en quête d’équité, des immigrants récents et d’autres membres de groupes marginalisés.

red art installation at airport near a plane replica

Bloody Boats

Artiste : Akshata Naik

Emplacement :  Au niveau des arrivées dans l’aérogare passagers.

Commandée par Nieuport Aviation dans le cadre d’ArtworxTO, Bloody Boats est une installation artistique représentant la déconstruction et la destruction du symbole du parcours traumatisant des immigrants. Le dynamisme de l’œuvre reflète la réalité de la vie d’un immigrant. Le parcours d’un pionnier est non seulement une transition physique, mais aussi une transition cognitive et sociale s’articulant autour de multiples discours sociopolitiques.  La répétition à grande échelle de la forme symbolique du bateau rappelle le parcours d’un immigrant qui se déplace pour vivre mieux, dans un lieu sûr, ou d’un réfugié dont le déplacement est le résultat d’une catastrophe naturelle ou d’une invasion.

Mur de la renommée dédié aux femmes du secteur de l’aviation

Emplacement :  Au niveau des départs dans l’aérogare passagers

Mur de la renommée dédié aux femmes du secteur de l’aviation rend hommage aux contributions extraordinaires de huit femmes pionnières du secteur de l’aviation ayant des liaisons avec Toronto ou l’Aéroport Billy Bishop de Toronto. Lancée le 8 mars, Journée internationale de la femme, Amelia Earhart est la première lauréate du Mur de la renommée dédié aux femmes du secteur de l’aviation, dont la visite à Toronto en 1917 a déclenché sa passion pour l’aviation. Un nouveau lauréat sera présenté chaque mois et ajouté à la galerie pour le reste de 2024. Pour en savoir plus sur le Mur de la renommée des femmes dans l’aviation, cliquez ici.

Photo credit: Library of Congress, Prints & Photographs Division, photograph by Harris & Ewing, [reproduction number LC-DIG-hec-40747]

indigenous artwork outside of airport on a sunny day

PowerON Charger

Artiste : Roma Maré

Emplacement : Infrastructure de recharge PowerON du pavillon de la partie continentale, non loin de là où la navette dépose ses passagers.

Cette œuvre de l’artiste autochtone Roma Maré, étudiante en arts, reflète l’histoire du territoire et son lien avec la communauté autochtone. L’Aigle occupe une place de choix dans cette œuvre. Principal totem de la Première Nation des Mississaugas de Credit, il tient ici symboliquement son rôle de messager. Les lignes bleues représentent les 66 centrales hydroélectriques d’Ontario Power Generation (OPG) réparties sur 24 réseaux fluviaux, et rappellent que l’eau ne sert pas uniquement à l’hydratation : elle est sacrée, vivante et a un esprit. La ligne verte qui traverse la ville représente l’électricité sans émissions utilisée pour alimenter la vie moderne.

gallery of indigenous paintings

La Bay of Spirits Gallery, dédiée à l’art contemporain des Premières Nations

Artistes : Brent Hardisty, Mark Seabrook, Kevin Pee-ace, Roy Thomas, Jay Bell Redbird, Isaac Bignell, and John Laford

Emplacement : Au niveau des départs dans l’aérogare passagers.

Cette galerie expose des œuvres soigneusement sélectionnées d’artistes de la région du Grand Toronto et d’autres artistes de la province de l’Ontario. Elle présente notamment le travail de représentants des peuples ojibwé, cri et oji-cri, et met à l’honneur les aînés, chefs, artistes et membres des communautés autochtones qui ont vécu sur les terres où l’Aéroport exerce aujourd’hui ses activités.

Pour en savoir plus sur les œuvres exposées, cliquez ici.

pillar in airport that is wrapped with indigenous art

Piliers peints dans le cadre du projet « Moccasin Identifier »

Artiste : Karly Cywink

Emplacement : Au niveau des départs dans l’aérogare passagers.

L’Aéroport Billy Bishop de Toronto fut le premier aéroport canadien à participer au projet « Moccasin Identifier ». Cette initiative des Premières Nations vise à « couvrir le Canada de mocassins » afin que la population canadienne comprenne la relation qu’entretiennent les peuples autochtones avec la terre et prenne conscience de ce que signifie le fait d’être lié par un traité.

Dans la zone de départ de l’aérogare passagers, quatre œuvres uniques représentant des mocassins des Nations Seneca, Anishinaabe, Huron-Wendat et Cri ont été peintes sur des piliers dans le cadre du projet « Moccasin Identifier ». Les motifs, propres aux Nations et groupes qui les ont créés, reflètent la diversité des cultures ancestrales qui existaient avant l’arrivée des premiers colons.